LES CITOYENS POUR LE RETOUR A UNE NOUVELLE REGION ALSACE

 

10 RUE DES VOSGES

67390 MARCKOLSHEIM

 

 

à Monsieur Emmanuel MACRON

Président de la République

 

 

 

Alsace, le 11 juin 2017

 

 

Monsieur le Président de la République,

 

 

Les signataires alsaciens de la présente correspondance vous félicitent très vivement pour votre élection à la plus haute fonction de notre pays, pour la qualité de votre campagne, votre hauteur de vue, la courtoisie dont vous avez su faire preuve et au-delà pour votre engagement pro-européen sans faille.

 

Votre projet répondait en effet le mieux à la situation de notre pays et à l’intérêt collectif des citoyens: réalisme économique, économies budgétaires, simplification fiscale et administrative, adaptation du code du travail au développement des entreprises, augmentation des salaires réels et du pouvoir d’achat pour les plus faibles, soutien actif à la construction européenne et au maintien des considérables acquis de l’Union, respect des engagements internationaux de la France, retour à une école efficace et pragmatique au service de tous.

 

Entre autres, les signataires, en tant qu’Alsaciens, apprécient tout particulièrement, votre intérêt pour le partenariat avec l’Allemagne. En Alsace, l’allemand, première langue maternelle de l’Union européenne, est enseigné en tant que langue régionale et langue étrangère. Le départ du Royaume uni va considérablement renforcer le besoin en germanophones et modifier le statut des langues au sein de l’Union européenne: il ne restera avec l’Irlande que peu d’anglophones natifs. La maîtrise de l'allemand est un atout considérable pour l’emploi de nos jeunes, pour nos entreprises locales, nos collectivités territoriales situées aux portes de la Suisse, de l’Allemagne, et à moyenne distance de l’Autriche.

 

Un très grand nombre d’Alsaciens seraient pourtant encore plus sensibles à un Président qui s’engagerait pour une évolution permettant à l'Alsace de retrouver son statut de région administrative.

 

Ce serait bénéfique pour notre économie, nos relations commerciales transfrontalières, l’emploi, nos spécificités linguistiques et juridiques. En effet, la dilution de l’ancienne Alsace dans une immense région dite Grand Est a été imposée sans le consentement des Alsaciens. Elle a même suscité des manifestations répétées très inhabituelles dans une région traditionnellement consensuelle et des pétitions rassemblant des centaines de milliers de citoyens en Alsace. Et de toute évidence, les récents résultats électoraux, favorables au Front National, ont montré un profond malaise.

 

Un sondage de l'institut CSA d'avril 2017, publié dans les quotidiens alsaciens le 18 mai, montre que le refus des Alsaciens de rester au sein du Grand Est s’accroît de façon spectaculaire. En effet, il s’élève à présent à 84% de personnes qui ne se reconnaissent plus dans ce Grand Est.

Une énorme majorité d'Alsaciens souhaite non seulement le retour à une Région Alsace de plein exercice, forte de près de deux millions d’habitants, mais aussi le maintien des deux départements. L’attachement des Alsaciens à leur identité, à leur histoire et à leur terre ancestrale va bien au-delà. En effet, le même sondage confirme que pour 61 % de la population cette nouvelle région Alsace doit prendre la forme institutionnelle d’une collectivité à statut particulier dotée des compétences permettant, au sein du cadre français, de la redynamiser et de pérenniser ses particularités linguistiques, culturelles et juridiques.

 

Nous en appelons à votre volonté de déminage des problèmes sociaux de notre pays et espérons que vous permettrez à l’Alsace de se retirer du Grand Est et de reprendre toute sa place parmi les régions de France.

 

Veuillez agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de notre très haute considération.

 

 

Emile ALDEBRECHT, ancien maire de Wittenheim, fondateur du SIVOM du Bassin potassique

 

Gérard CRONENBERGER, maire honoraire d'Ingersheim, ancien président de l'association des élus pour la langue régionale d'Alsace et de Moselle et du Comité fédéral pour la langue et la culture régionales

 

Henri GOETSCHY, vétérinaire, ancien président du Conseil Général du Haut-Rhin, sénateur honoraire, ancien maire-adjoint

 

Liselotte HAMM, chanteuse et comédienne alsacienne

Christian HUBER médecin pédiatre

 

Jean-Marie HUMMEL, compositeur et créateur de spectacles proches de l'histoire de l'Alsace, entre France et Allemagne

Patrick KLEINCLAUS, ancien directeur territorial, responsable associatif

Ernest MATTER, ancien professeur des écoles

Monique MATTER, Présidente de la Fédération des langues régionales germaniques de France, ancienne professeure de collège, ancienne maire-adjointe

Raymond PIELA, artiste auteur, vidéaste

François SCHAFFNER, éditeur, ancien professeur de collège, responsable associatif

Bernard SCHITTLY, maire de Guevenatten

Armand SCHWEITZER, ancien maire de Chalampé

Jean-Jacques THUET, Ingénieur, Agriculteur, Responsable associatif, Retraité

Jean-Jacques WEBER, journaliste, ancien Président du Conseil Général du Haut-Rhin,ancien Maire , Député honoraire

Matthieu WEIBEL, paysagiste, conseiller municipal

Bertrand WEISS, ancien cadre de l'industrie (Sausheim)

Jean-Pierre WICKER, ancien président d'organisme mutualiste (Riedisheim)

Denise WIESER, ancienne institutrice

Autres signataires:

 

Loïc ROECKER, paysagiste

 

Eric SCHTEINLECHNER, responsable location

 

Alexandre SIGWALT, mécanicien

 

Sylvie UEBERSCHLAG, maraîchère

 

Simone UEBERSCHLAG, ouvrière

 

Sebastien UEBERSCHLAG, chauffagiste

 

Edouard UHL, étudiant

 

Elodie WEIBEL, BTS opticien lunettier

 

Patrick WEIBEL, menuisier

 

Paulette WEIBEL, opératrice de ligne

 

Yannick WEIBEL, ouvrier communal